Aller au contenu principal Aller au menu Aller à la recherche

AddToAny share buttons

Regards croisés sur l’obscène

Riccio Andrea Briosco (attribué à), Faune et faunesse (détail), Padoue, entre 1524 et 1530, bronze, Écouen, musée national de la Renaissance
Regards croisés
Le Jeudi 15 février 2024 de 14h00 à 16h00
INHA, galerie Colbert, salle Vasari (1er étage), 2 rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs, 75002 Paris
  • Stéphane Toussaint, Regarder l'obscène

  • Martine Clouzot, L'obscène musicien dans les images médiévales. Représentations paradoxales des relations corps et âmes aux XIIIe et XIVe siècles

  • Chloé Tardivel, Dire l'obscène et le taire dans les sources judiciaires (Bologne, XIVe siècle)

Si l’on s’accorde à la définir, l’obscénité peut se raconter. On la connaît en littérature, où elle est un objet relativement bien étudié. De plus, au Moyen Âge comme à la Renaissance, l’obscénité s’exhibe et se profère. En tant que blasphème ou injure, ses normes demandent à être décryptées. En peinture et en sculpture, ses codes posent un autre défi au spectateur moderne. Ce premier séminaire sur l’obscénité dite et montrée, tente de baliser un terrain de recherche particulièrement complexe mais fertile au-delà d’associations faciles à la sexualité.